Les races de porc les plus utilisées en France

Avec 350 races de porc sur la planète terre, on pourrait s’attendre à les retrouver aussi en France.

Pourtant, au fil de l’histoire et de l’évolution des élevages, les éleveurs ont sélectionné des races dont les caractéristiques répondaient à l’exigence de l’élevage, mais aussi des obligations économiques. On s’aperçoit aussi du poids des consommateurs qui sans le savoir impose des choix en matière d’élevage et de race. Les porcs aux viandes peu grasses ont ainsi vu leurs côtes explosées.

Le classement des races de porcs se fait en deux classes. Les races de porcs dites classiques et les races rustiques.

Pour les races classiques : ce sont les races les plus connus et utilisés que l’on retrouve dans la plus grande partie des élevages français. Elles répondent aux exigences modernes.

Rappelons qu’une race est effective et reconue si tous les membres d’un groupe ont tout un ensemble de caractères communs très précisément définis et transmissibles par hérédité.

Les races classiques de Porc :

La race Landrace : Venus du Danemark et de la Suède, le Landrace français est plutôt utilisé comme femelle grâce à son exceptionnel fertilité et sa capacité de croisement avec le large white. Ses qualités naturelles maternelles permettent une faible mortalités des porcelets. Avec un corps allongé et relativement fin, des oreilles tombantes, le landrace se distingue aisément de ces congénères.

La race Large white : Depuis 1920, la race Large white conquiert les élevages français devenant l’une des plus populaires. Venu du comté de Yorkshire, Angleterre, le Porc Large white a des oreilles relevées et une robe claire. Il est réputé pour sa viande et sa carcasse.

La race piétrain :

Dotée d’une musculature exceptionnelle, elle nous vient de Belgique dans les années 20 du village éponymes de Pietrain. C’est un des meilleurs rapport poids /quantité de viande. Ils sont facilement reconnaissable avec des couleurs claires et des taches noires.

La race Duroc :

Le porc Duroc provient d’Amérique du Nord. Très présent là-bas dans les élevages, il vient en France dans les années 60.

Ce porc porte une robe brune et rousse avec des membres très musclés ainsi que des oreilles musclées. Le mâle est réputé pour son agressivité, mais se rattrape par une qualité de viande exceptionnelle.

Les races rustiques de porc

Si les éleveurs français n’ont pas hésité à profiter des opportunités venues d’ailleurs, ils restent encore des anciennes races de porcs français ! On compte six races rustiques qui sont des spécificités régionales et qui à ce titre sont considérées comme du patrimoine. Des programmes génétiques sont actuellement en cours pour préserver ses races de porcs.

La race basque :

La race basque vient comme son nom l’indique du pays basque. Elle est élevée en plein air et se distingue par un buste trapu, des oreilles tombantes et surtout une robe bicolore. Cette race de porc est coriace et peut évoluer en montage dans des conditions climatiques difficiles. Inutile de vous préciser que la race basque est utilisée pour les fameux jambons basques. Avec 140 truies, chez 70 éleveurs, le combat de préservation est encore long.

La race gasconne : C’est encore un porc de la région du sud ouest de la France, dans le pays de Gascogne. Riche en soies, poils, et avec sa robe noire, ce porc est aisément reconnaissable. Elle ,aussi, est élevée en plein air et permet ainsi de donner un porc rustique, vigoureux et robuste. Elle est utilisée pour al charcuterie et une production de très haute gamme.La race de proc gasconne est un bien culinaire à protéger !

La race blanc de l’ouest : Née dans l’ouest de la France, Normandie, Pays de la Loire et bretage, la race blanche de l’ouest . On compte 175 truie surtout en Bretagne et Normandie.

Ce porc est reconnu et apprécié pour les charcuteries traditionnelles régionales. Reconnaissable par sa rible claire, de grande oreille qui lui cache la vue et un garrot qui atteint le mettre, le porc blanc de l’ouest bénéficie d’un programme spécial pour son retour sur les terres l’ouest .

La Race Bayeux : Avec de grandes oreilles tombantes, une robe claire habillée de tache de noire et une forte taille, le porc de Bayeux ne passe pas inaperçu. Cette race de porc est né dans le Calvados à Bessin. Il est issu d’un croisement,entre le porc normand et le porc Berkshire dés le 19 éme siécle.

En voie de disparition, ce porc connaît lui aussi un programme spécial de développement.

La race Corse : le porc corse est tout nouveau dans la analogie porcine. Reconnue tardivement, ce porc est pourtant bien connu sur l’île de beauté. Un poil brun ou noir, une taille petite, trapu, le corps est allongé avec des oreilles tombantes.

Les races disparues :

On parle communément de race, mais la génétique et la précision du concept de race fait de beaucoup des ses « races disparus » des variétés régionales ou des populations porcines métisses.

Race de porc craonnaise

Race de porc Normande

Porc de porc Miélan

Race de porc Bretonne

Race de porc Lorraine

Race de porc Boulonnaise, race Flamande

Race de porc Bourdeaux ou Drômoise

Races de Loches et de Montmorillon

Race Périgourdine

Race de Cazères

Race Béarnaise

Race Marseillaise

Race Bressanne

Publié dans porc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*